La traduction – un jeu d’enfant ?

Dans le cadre d’une expansion internationale, on est confronté à la question des langues et de la traduction à tous les coins de rue. Sans traduction, pas de nouveau marché. As-tu déjà regardé combien de sites web, de PDF, de Powerpoints et d’autres documents transitent chaque jour par ton entreprise ? Ces contenus internes – et surtout – orientés vers le client sont traduits au fur et à mesure afin de conquérir le nouveau marché et de montrer aux nouveaux clients potentiels que l’on ne plaisante pas avec eux.

La traduction, pivot de l’expansion internationale

Il y a quelques jours, j’ai vu un post LinkedIn qui m’a fait réfléchir : “Ce n’est pas parce qu’on est polyglotte que l’on est bon traducteur.” 

Je suis probablement partiale, car rien qu’au cours de mes trois années d’études en traduction, j’ai passé plus de 5000 heures à comprendre, élaborer, discuter, démonter et remonter mes propres traductions et celles d’autres personnes. Sans compter les centaines de traductions sur lesquelles j’ai déjà travaillé depuis. Mais : Je suis d’accord avec cette affirmation. 

Si tu donnes le même petit paragraphe à traduire à dix personnes, tu obtiendras certainement dix résultats différents. Certains seront alors bons, d’autres moins bons, certains auront mal interprété le texte – et si tu as de la chance, il y en aura un ou deux qui captureront l’essentiel et le transposeront dans la langue cible, de sorte que le lecteur ne se rendra même pas compte qu’il lit un texte traduit. C’est ce point que vous voulez atteindre. Il est donc d’autant plus important que les traducteurs aguerris se chargent de cette tâche. 

Que dit la science au sujet de la traduction ?

Considérons le thème de la traduction d’un point de vue scientifique. Dans le domaine de la traduction, il existe différentes approches de la réalisation et de l’évaluation d’une traduction. Sur quoi s’accordent-elles ? Une traduction doit transmettre un contenu, être idiomatique, facile à lire et à comprendre. 

Le professeur Jörn Albrecht, spécialiste allemand de la traduction, soutient l’opinion selon laquelle les circonstances de la traduction déterminent si et dans quelle mesure le texte source est modifié. En règle générale, on entend souvent la phrase suivante dans les cercles de traducteurs : “Aussi proche que possible, aussi libre que nécessaire”.

Avec sa théorie du skopos (qui veut dire but en grec), Hans J. Vermeer, spécialiste de la traduction, va encore plus loin : il considère le texte source plutôt comme une offre d’informations que l’on peut transmettre entièrement, mais aussi partiellement ou de manière modifiée pour les destinataires. Ces informations sont selon le groupe cible – avec ses connaissances, ses attentes, ses valeurs et ses normes spécifiques (en bref : sa culture) – traitées et comprises comme l’auteur l’a voulu.

Nous voyons donc déjà ici une chose : traduire ne signifie pas transposer mot à mot dans une autre langue. La façon dont un mot ou une phrase peut être traduit dépend du contexte ! Si vous avez déjà travaillé avec moi, vous m’avez certainement déjà entendu dire cette phrase 😊 

Tous les traducteurs travaillent-ils avec un papier et un crayon ?

Il est certain qu’un traducteur griffonne parfois sur une feuille de papier. Mais la plupart d’entre eux (moi y compris) travaillent de manière numérique – au moins avec Microsoft Word, dans le meilleur des cas avec un outil de TAO et une base de données terminologique. Ces outils les aident à produire des traductions professionnelles et cohérentes. Les localisateurs.trices de logiciels aiment également utiliser des outils tels que Phrase ou Lokalise, qui leur permettent de travailler sur une traduction directement dans le logiciel concerné, sans avoir à exporter et réimporter péniblement des textes. Cela permet souvent d’économiser beaucoup de travail. 

Aujourd’hui, les traducteurs.trices travaillent souvent avec la traduction assistée par ordinateur ou automatisée. Alors que je ne peux pas recommander Google Traduction pour une traduction de qualité, j’utilise plutôt quotidiennement DeepL. L’intelligence artificielle (IA) est si précise qu’il est possible de bien comprendre une grande partie des textes, même si chaque mot n’est pas toujours parfaitement adapté au contexte. C’est là que le post-editing entre en jeu : un traducteur (ou post-éditeur) adapte la traduction brute que l’IA fournit aux besoins du projet, aux règles et à l’usage de la langue, à la terminologie et à d’autres exigences. D’ailleurs, tout comme la traduction, le post-édition doit être appris. “Ce n’est pas parce qu’ on est polyglotte que l’on est bon post-éditeur.trice” – cela va de soi, non ? 

Toutes les traductions ne se valent pas – Connaître sa cible 

Dans le contexte de l’entreprise en particulier, le groupe cible joue toujours un rôle important. Dans le marketing et les ventes, on utilise des facteurs psychologiques pour convaincre les clients potentiels d’acheter. Mais si l’on ne connaît pas ou si l’on ne tient pas compte des facteurs correspondants pour les clients cibles sur un autre marché, on n’atteint pas ses objectifs. 

Or, de nombreux.ses traducteurs.trices non formé.e.s restent très proches du texte source. Les personnes qui n’ont pas souvent traduit ont peur (et je parle ici par expérience depuis le début de mes activités de traduction) d’omettre une information ou d’en ajouter une autre. Pourtant, les différent.e.s lecteurs.trices ont besoin de conditions différentes pour percevoir, traiter et assimiler les informations. 

C’est pourquoi on utilise souvent des stratégies de transcréation, surtout dans ce contexte. Comme tu l’as certainement deviné, ce terme est composé de “translation” et de “création”. Cette stratégie combine la traduction et le copywriting afin d’obtenir l’effet souhaité sur les personnes ciblées. C’est donc beaucoup plus compliqué qu’une traduction qui s’inspire fortement du matériel d’origine, mais c’est aussi plus créatif et généralement plus efficace dans le contexte du marketing. 

Par ailleurs, tu as certainement déjà entendu le terme “localisation”. D’une part, il est utilisé comme terme générique pour toutes les étapes d’adaptation des contenus à un autre marché. D’autre part, il englobe des aspects tels que l’adaptation de textes, d’images et de vidéos aux exigences culturelles et au droit national ou encore les recherches et adaptations SEO.

Une bonne traduction :

  • A été rédigée par un.e locuteur.trice natif.ive de la langue cible
  • A été relue par un.e autre locuteur.trice natif.ive de la langue cible, idéalement quelqu’un de ton entreprise qui connaît bien les défis du marché cible et qui travaillera lui-même avec le texte.
  • S’appuie, surtout dans le contexte de l’entreprise, sur une analyse des groupes cibles, des personas et de leurs facteurs psychologiques de décision.
  • A été rédigée (ou au moins relue) par quelqu’un qui connaît bien le marché ou le secteur cible.
  • Et le plus important : elle ne se lit pas comme une traduction. Les lecteurs.trices ont l’impression que ce texte ait été écrit directement pour eux.

Polyglotte = doué.e en traduction ?

Honnêtement ? Non. La traduction, comme toute tâche dans l’entreprise et dans l’internationalisation, s’apprend. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut s’y former ! Avec beaucoup de pratique et un fort intérêt pour la langue et l’expression, on peut travailler sur son sens des mots.

Que vous traduisiez vous-même ou que vous travailliez avec des partenaires externes : N’ayez pas peur de vous éloigner du texte source ! Même si cela signifie que le contenu traduit sera différent de celui d’avant. Préparez en douceur vos équipes marketing au fait qu’un nouveau marché nécessite également un marketing localisé et que, souvent, même la marque et le branding doivent être traduits ou localisés. Cela ne va absolument pas à l’encontre de leurs compétences, mais est uniquement lié aux préférences et à la culture du nouveau marché cible. 

Parler une langue ne suffit pas pour bien traduire. Il faut avoir le sens de la langue et de l’expression, être prêt à démonter et à repenser (plus d’une fois) sa propre localisation, connaître les groupes et les cultures cibles et avoir un objectif clair en tête. Gardez toujours à l’esprit que votre équipe n’a pas trouvé les bons mots en un mois (et encore moins en une semaine), même pour votre activité d’origine. De même, le nouveau marché a besoin de temps et de la bonne équipe pour se développer de manière ciblée.

Übersetzung traduction translation

Dans le cadre d’une expansion internationale, on est confronté à …

À la recherche du mouton à 5 pattes. Le moment …

Kulturelle Unterschiede

Sur une planète en mouvement constant transformé par la mondialisation, …

Melden Sie sich für unseren Wyngs-Newsletter an und verpassen Sie keine News mehr rund um Internationalisierung.

Tu as aimé cet article?
Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir régulièrement des conseils, des astuces et des articles passionnants sur l’expansion internationale !

Contactez-nous pour un entretien

Partager cet article

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur xing
XING
Partager sur email
Email

Contact

Vous avez des questions ? Discutons ensemble de la manière dont nous pouvons internationaliser au mieux votre entreprise et atteindre vos objectifs de croissance.

Nous avons toujours du temps et du café (ou du thé) à disposition pour répondre à toutes vos interrogations !

*Champ obligatoire

Wyngs a besoin de vos informations de contact  afin de pouvoir vous contacter au sujet de nos services. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment si vous ne souhaitez plus recevoir de notifications. Pour plus d’informations sur la manière de se désabonner et sur nos pratiques en matière de protection des données, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Vous souhaitez avoir un premier entretien sans avoir à vous engager ou en savoir plus sur une éventuelle collaboration ? Il ne vous reste plus qu’à prendre rendez-vous avec Andrea juste ici.

Logo Collective Thinking

International Readiness Workshop

The status quo before the project

The DACH market had been identified by the Collective Thinking management as a strategic target market in Europe. First business development and sales actions have been conducted by the first German team and a GmbH had been established. 
The CT team wanted to continue to build their knowledge of the German market, the identification of key partners, key client groups in order to better evaluate business development potential and sales targets. This knowledge shall help define an appropriate strategic and operational marketing approach for CT in the DACH markets. CT is also in the process of raising a Series A funding round, a European approach can be evaluated in this project.

What we did

Wyngs wanted to support the Collective Thinking Team to create a strategic and operational roadmap for optimized business development and marketing/communication, with a special focus on developing the DACH markets – Germany, Austria and Switzerland.

We prepared a 1-day workshop, divided into 2 major parts:

  • Review of existing actions, the discovery of the key players and potential business development partners, enhancing market knowledge. 
  • Creation of a strategic and operational business development and marketing plan for 2021. 

Presentation of results of the workshop in the form of a roadmap to concretely address the mentioned challenges.

CEO Vincent

The “International Readiness” workshop with Wyngs allowed the German team of Collective Thinking to better understand and define the needs of the German market, particularly in terms of marketing strategy & business development. If you too are planning to develop internationally, Wyngs would be a very good partner to succeed in these first steps, which are essential for successful development.

Vincent Susplugas

CEO Collective Thinking

CEO Vincent

The “International Readiness” workshop with Wyngs allowed the German team of Collective Thinking to better understand and define the needs of the German market, particularly in terms of marketing strategy & business development. If you too are planning to develop internationally, Wyngs would be a very good partner to succeed in these first steps, which are essential for successful development.

Vincent Susplugas

CEO Collective Thinking

CEO Vincent

The “International Readiness” workshop with Wyngs allowed the German team of Collective Thinking to better understand and define the needs of the German market, particularly in terms of marketing strategy & business development. If you too are planning to develop internationally, Wyngs would be a very good partner to succeed in these first steps, which are essential for successful development.

Vincent Susplugas

CEO Collective Thinking